REMORQUAGE PORTUAIRE

Abeilles et Coccinelles face à la construction Européenne.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Remorquage Le Havre...sous Haute Tension

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
admin
Admin


Messages : 349
Date d'inscription : 05/08/2007

MessageSujet: Remorquage Le Havre...sous Haute Tension   Mar 30 Sep - 17:58

Dossier
Normandie/L’Antenne Septembre 2008






Le Havre climat
social délétère au remorquage






Que ce soit à la SNRH (Société Nouvelle de Remorquage du
Havre, groupe Kotug) ou chez Boluda Le Havre (ex-Abeilles), le climat social
est très tendu au remorquage dans le port normand, cas unique en France où deux
sociétés sont en concurrence depuis deux ans. On ne compte plus les procédures
juridiques engagées à tous les étages pour le premier. Quant au second,
opérateur « historique » du
port, il s’apprête à vivre une première quinzaine d’octobre capitale avec la
tenue d’un Comité Central d’Entreprise (CCE) le 8 suivi d’un comité
d’entreprise extraordinaire le 15. Du côté syndical, on redoute l’annonce d’une
restructuration avec les conséquences sociales négatives que le mot induit. « Pour autant, on a presque hâte d’y
être. Cela fait des mois et des mois que l’on nous laisse dans le flou. On va
enfin savoir et l’on pourra alors réagir en conséquence »,
commente Patrick Le Bris, délégué des marins
CGT. Au niveau de la direction, la discrétion est de rigueur. « Aucun
commentaire », déclare François
Leray
, directeur de l’entité havraise du groupe espagnol depuis près de
deux ans. Pendant ce temps, au fil des mois, Boluda Le Havre a réceptionné
trois remorqueurs neufs précédemment commandés aux chantiers Piriou par
Bourbon, le VB Trouville étant le dernier entré en flotte fin septembre.


Créée en 1999, la SNRH n’a obtenu l’autorisation
d’exercer au Havre qu’en … octobre 2006. Depuis l’imbroglio
juridico-administratif qui a précédé son début d’activité se poursuit !
Pas un mois ou presque sans un nouvel épisode d’un feuilleton souvent très
technique, parfois tragi-comique. L’année écoulée aura par exemple été marquée
par la grève de la faim de deux officiers ou encore par deux mises à pied sans
salaire, d’une durée de deux mois, pour un délégué syndical CFDT. « C’est une guerre d’usure mais je ne
suis pas usé »,
affirme Alain Bourgeois,
concerné par ces deux épisodes. Ce n’est pas le cas de la majorité du personnel
des deux entreprises qui s’estiment lassés des incertitudes qui planent sur
leur avenir, les syndicats le reconnaissent volontiers.


Au cœur de l’été, ces mêmes syndicats ont tenté de
s’immiscer dans une brèche ouverte dans la coque de la SNRH, au propre comme au
figuré. En panne de propulsion, le SD Gironde de la SNRH a été percuté par le
porte-conteneurs qu’il tractait. Il n’a toujours pas repris du service. Rare et
très sensible, l’affaire est entre les mains d’experts maritimes, d’assureurs
et d’avocats. Pour les syndicats, cet événement de mer est lié à une
organisation du travail, au sein de la SNRH, qu’ils contestent mais sur
laquelle l’Administration et l’autorité portuaire ferment les yeux. Tout en
admettant qu’elle n’est pas « dans
les clous »
d’une réglementation jusque-là en vigueur. En toile de
fond, la SNRH et ses conseils ne font pas mystère que l’armement à trois hommes
d’équipage des remorqueurs, comme c’est l’usage en peu partout en Europe,
constitue un objectif à court ou moyen terme. Ce qui constituerait un casus belli aux yeux des syndicats qui
gardent dans leur manche la menace d’un blocage de tous les ports français
comme ce fut le cas au printemps dernier.


Dernier aspect à ne pas perdre de vue, les prochaines
semaines qui s’annoncent tendues seront gérées par des hommes dont le casting a
été profondément modifié. Directeur du port autonome depuis la création de la
SNRH, à quelques semaines près, Jean-Marc
Lacave
a rejoint la
CMA-CGM. Son successeur devrait être Laurent Castaing, directeur géréal adjoint du port de
Nantes-Saint-Nazaire depuis 2005. Aux Affaires Maritimes également la direction
interrégionale a changé, Damien Cazé
succédant à Bruno Baraduc. Quelles
seront les directives de leurs tutelles dans un dossier qui reste extrêmement
sensible quant au fonctionnement des futurs grands ports maritimes
français ? Plus que jamais, Le Havre sera dans les mois à venir la place
portuaire où se jouera l’avenir du remorquage hexagonal.


Vincent Rogé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lescoccinelles.topic-debate.com
 
Remorquage Le Havre...sous Haute Tension
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RTE, DES HELICOPTERES SOUS HAUTE TENSION
» Palestine - Jérusalem sous haute tension
» Lignes à haute tension protectrices
» **Une ligne haute tension avec la terre ??**
» Les arcs électriques de la basse tension en passant par la haute tension

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
REMORQUAGE PORTUAIRE :: Discussion générale :: Les News-
Sauter vers: